Les couches d’aujourd’hui ? Toute une histoire !

/ octobre 22, 2020/ Divers/ 0 comments

Qui a inventé les couches? Aujourd’hui, avec tout le confort de notre monde moderne, les parents utilisent principalement la couche jetable. Mais ces protections révolutionnaires ne sont apparues qu’au 20ème siècle.
En fait elles sont le résultats de plusieurs améliorations successives.
Mais avant, on faisait comment ? Petit retour sur l’évolution de la couche et de son utilisation.

Quels étaient les ancêtres des couches ?

Les objets du quotidien

Depuis toujours, les mamans des bébés les changeaient avec ce qui se trouvait à portée de main : de la mousse, de la paille, des peaux d’animaux. Voire même … rien du tout ! Dans certains peuples on pratiquait, et on pratique toujours d’ailleurs, l’hygiène naturelle infantile. On n’utilise aucune sorte de protection!

Les premiers langes

En Europe, on utilise les langes depuis l’antiquité. Dès la période de la Rome antique, les bébés étaient emmaillotés dans de grands morceaux de tissus. Ils servaient à éponger les déjections des bébés grâce aux fibres naturelles. Mais une fois souillés, il fallait les laver pour les réutiliser. Imaginez la quantité de travail ! C’est pourquoi les bébés pouvaient rester de longues heures sans être changés…

En plus de servir de couche, le lange avait pour fonction d’empêcher le bébé de bouger, de se servir de ses bras ou de ses jambes. En effet, à cette époque, on pense même que ça contribue à une croissance harmonieuse, et que ça prévient la torsion des membres inférieurs grâce à la pose d’attelles.
D’ailleurs, il faut attendre le 18ème siècle pour que des médecins reviennent sur cette pratique, et attestent de son inutilité : non, les attelles ne font pas les jambes droites !

Aujourd’hui les langes sont utilisés pour leur confort, car ils permettent d’envelopper bébé d’un voile dans une position réconfortante.

bébé langé
M’man! j’peux plus bouger!

L’évolution des mentalités

En même temps que ces croyances disparaissent petit à petit, le philosophe J.J Rousseau développe en 1762 son traité Émile ou de l’éducation qui préconise une plus grande liberté de mouvement.

Dans un des chapitres, Rousseau évoque l’enfant qui ne parle pas encore, avec une idée novatrice pour l’époque : il ne faut pas contrarier la nature. L’enfant découvre qu’il peut commander par des signes, à condition bien sûr qu’il ne soit pas complètement entravé dans ses mouvements ! Dès lors, les gestes des nourrices vont aller dans ce sens, pour le plus grand bonheur des bébés ! Ils peuvent alors mieux s’épanouir, bouger, ramper…

Quelles sont les grandes étapes de l’évolution des couches?

L’épingle de sûreté

Il faut attendre 1849 pour connaître l’invention de l’épingle de sûreté, ou épingle à nourrice. Elle a été inventée à New York par Walter Hunt.
Parce que cette épingle en métal intègre un capuchon pour protéger l’extrémité piquante, elle permet de faire tenir les langes des bébés sans risque de blessure. La production en série de l’épingle de sûreté, à partir des années 1870, en fait un accessoire indispensable pour les mamans et nourrices!

épingles de sûreté - épingles à nourrice
Des épingles, en série

La 1ère couche-culotte

La couche-culotte intègre directement la couche en lange dans un vêtement destiné aux nourrissons. Maria Allen développe cette idée dès 1887. C’est déjà une petite révolution dans le domaine ! L’idée de la couche-culotte persiste aujourd’hui avec les protections du même nom, qui favorisent l’autonomie des enfants pendant l’apprentissage de la propreté.

La couche en langes poursuit ainsi son chemin jusqu’après la seconde guerre mondiale.

La protection imperméable

Marion Donovan s’occupe de ses enfants mais elle n’est pas satisfaite du système de change existant. En effet, les langes fuient, et il faut laver très souvent les couches, vêtements, et draps souillés… Bref… elle veut que ça change !
Elle est très inspirée par son père et son oncle qui sont inventeurs, ça aide! Un jour, elle a l’idée de tester un rideau de douche, et de la toile de parachute pour créer une sur-couche. Cette maman futée compose une protection imperméable qui empêche les fuites et qui va garder bébé au sec. Elle certifie son idée et obtient un brevet. En route pour le succès !

toile de parachute
Du parachute à la couche, il fallait y penser!

Ensuite, elle travaille avec des matériaux très absorbants pour améliorer son invention et créer une protection entièrement jetable, en 1950. Mais cette fois le public n’est pas au rendez-vous. Il faudra encore attendre quelques années pour connaître un nouveau tournant dans l’histoire des couches.

Le début du jetable

A la même époque, Valérie Hunter Gordon créée un prototype de couche-culotte jetable, fabriquée à base de matériaux stérilisés. C’est le début de la marque Paddi Pad. La serviette absorbante uniquement est jetable, car l’enveloppe-culotte se réutilise. Ensuite, une nouvelle gamme est inventée, mais entièrement jetable cette fois.

Victor Mills, était un ingénieur chimiste américain qui travaillait chez Protect & Gamble. Il cherchait une façon pratique de simplifier le change de ses petits-enfants. En se basant sur les travaux de Marion Donovant, il créa une couche jetable améliorée en 1956. Après plusieurs années-test sur ses cobayes de petits-enfants, la couche jetable est largement commercialisée à partir de 1966, sous le nom de Pampers. Son petit nom ? Ça signifie « choyer » en anglais… si avec ça il ne les chouchoutait pas ses petits !

Depuis, la marque a connu pas mal d’évolution au fil des ans. Et encore aujourd’hui, c’est toujours une des plus grandes marques sur le marché.

Voilà comment depuis les années 50, la couche jetable s’est imposée sur les marchés. Les fabricants ont beaucoup travaillé pour améliorer leur produit, que ce soit au niveau de la capacité d’absorption, à l’adaptation aux différentes morphologies, ou l’ajout de la bande adhésive. Maintenant les couches se veulent plus esthétiques avec leur dessins colorés, et pratiques avec les indicateurs de change. C’est un réel confort, facile d’utilisation, qui s’est très largement démocratisé, pour plus de 97% des familles. 1

Et le naturel dans tout ça ?

Actuellement, il y a une forte prise de conscience écologique. Les parents veulent avoir plus de recul par rapport aux couches que proposent les industries. Ainsi fleurissent de nouveaux modèles plus respectueux de l’environnement, sains et exempts de composés chimiques.

mouvement éco-responsable
Pour une Terre qui dit merci!

Nous pourrons citer quelques nouveaux venus sur le marché français :

Les Petits Culottés :

Les deux créateurs voulaient une couche naturelle, éco-responsable qui préserve l’environnement. Leur slogan ? la French couche !Ils ont réussi leur pari avec des produits de qualité, fabriqués en France, dans des usines situées dans les Vosges et en Bretagne.

La promesse d’une couche en circuit court et sans intermédiaire avec le fabricant, pour garantir des prix accessibles. En plus comme je suis d’origine vosgienne, je suis fière de découvrir cette création dans ma région 🙂

Joone :

La marque proposer des produits traçables d’une grande qualité. c’est leur objectif principal. Le choix se porte sur des entreprises locales et des artisans aux savoir-faire reconnus, afin de mettre en avant ces talents régionaux.

Koosh :

Les créateurs sont de jeunes parents qui ne trouvaient pas leur bonheur sur le marché existant. Ils ont créé la marque Koosh avec un grand soin apporté à la peau de bébé. C’est meilleur pour l’environnement et fabriqué en France! Le concept est de proposer tout le nécessaire de toilette pour bébé, composé de produits sains, naturels, éco-responsables. Mais sans payer une fortune : plus on achète, plus le prix diminue !

Une nouvelle consommation

Ces trois exemples à fort succès, montrent une nouvelle tendance, un vrai engouement pour des produits plus sains et moins polluants.

Le mode de consommation aussi change, avec la création d‘abonnement et de livraison à domicile. En plus des couches, on propose un véritable service. Les prix sont attractifs aussi pour le plus grand nombre.
Ces nouveaux achats se veulent plus confortables au quotidien, avec la promesse de produits meilleurs pour le bébé et pour l’environnement.

On marche vers une nouvelle gamme de couche jetable, plus respectueuse de bébé et de la planète.

Le boom de la couche lavable, un retour en arrière ?

Aujourd’hui, la machine à laver s’est complètement démocratisée, et on la trouve chez plus de 96% des ménages 2. Mais nous n’avons pas assisté pour autant à un retour en masse de la couche lavable.

La couche jetable, bien ancrée

Il faut dire que même si on ne doit plus laver les couches à la main comme nos grands-mères et leurs aïeules, l’utilisation de la couche jetable est toujours fortement installée dans les habitudes.

Leur apparition était quand même synonyme de liberté et d’émancipation pour les femmes. Pour certaines personnes, revenir aux langes peut être perçu comme un retour en arrière. Car la couche, il ne faut pas l’oublier, c’était un sacré progrès à sa création!

Les fabricants de leur côté rivalisent d’ingéniosité pour nous faire acheter leurs produits, toujours plus adaptés aux besoins des enfants et de leurs parents.

Les bénéfices de la couche lavable

Comment faire comprendre alors la recrudescence de la version lavable ? Il faut savoir que des personnes qui passent à la couche lavable évoquent en premier lieu son moindre impact écologique.

C’est sûr, le lavable nécessitera aussi des ressources à la production, mais qui seront moindres, puisque par définition le produit servira plusieurs fois. Et la durée de vie d’une couche est très intéressante, puisqu’elle peut être utilisée pour plusieurs enfants. Les couches évolutives sont mêmes développées pour servir de la naissance jusqu’à la propreté.

De plus, chaque couche à usage unique produit son propre bilan énergétique. Quand on sait qu’il faut environ 4700 couches par enfant, ça pèse lourd dans la balance !

Le bilan de la couche jetable existe également, certes, et la partie imperméable nécessite également des composants de plastique pour bien assurer sa fonction d’étanchéité. Cependant, il est très diminué, puisqu’il n’est comptabilisé qu’une seule fois pour une utilisation multiple.
Il est aussi possible de se tourner vers des modèles imperméables tout en laine. Et tout doux!

Choisir la couche lavable, un geste éco-citoyen,

Dans notre société actuelle, faire un geste éco-citoyen pour l’environnement signifie prendre conscience de l’impact humain sur la planète. Le choix délibéré des couches lavables en ce sens, c’est agir à son échelle pour un meilleur avenir, et choisir aussi de limiter sa pollution.

Les cris d’alarmes sont nombreux pour signaler la mauvaise santé de notre planète, et malheureusement, les actions ne sont pas suffisamment nombreuses ni significatives. Assumer le choix de se servir de couches lavables, c’est faire un geste dans le bon sens. 🙂
Quand nous avons les équipements électroménagers nécessaire, cela demande de consentir simplement à un peu d’organisation.

Alors peut-on vraiment parler de retour en arrière quand on agit en réponse à des problématiques on ne peut plus actuelles, et futures ?

Et en bonus, c’est quand même sympa des couches de toutes les couleurs!

couche lavable à motifs
la couche de l’espace!

1 Source Le Figaro « Pourquoi de plus en plus de parents adoptent les couches lavables »

2 Source Statista pour le taux d’équipement des ménages en 2017

close
Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*