Composés chimiques, produits toxiques…la couche jetable est-elle sans risque pour la santé?

/ novembre 17, 2020/ Hygiène/ 0 comments

Les produits chimiques contenus dans la couche jetable sont à la base de son succès. Effet peau sèche, grande capacité d’absorption, indicateur d’humidité… Mais que sait-on de ce qui se cache derrière ce concentré de technologie?

Je ne me doutais pas forcément à ce que j’allais trouver. Il faut dire que les informations ne sont pas toujours claires et accessibles au consommateur !
J’ai décidé de scinder cette vaste question en plusieurs éléments de réponse. Voici une première partie, évoquant les couches et la santé des bébés.

1- Des composés nocifs dans les couches jetables

Les couches jetables contiennent des produits chimiques. Jusque là, rien de nouveau me direz-vous. Ça fait partie des choses qu’on sait déjà, mais sans vraiment en connaître la portée.

Dès le départ, j’étais persuadée du bienfait de la couche lavable pour son moindre coût écologique. Et son moindre coût tout court ! Côté hygiène, je me doutais que la couche jetable était moins intéressante avec tous ses produits. Je n’ai pas été déçue!
Au fur et à mesure que je me renseigne sur le rapport à la santé, je me rends compte que le sujet aussi est vaste. Plus que je ne l’aurais cru !

On se doute bien, même si on ne connaît pas le processus en détail, que les pipis de nos bambins ne se transforment pas en gel comme par magie. Et qu’ils ne passent pas 12 heures au sec sans une petite intervention chimique.

Focus sur les produits toxiques

En 2017, le magazine 60 millions de consommateurs publiait un comparatif sur la composition des protections pour bébés: le constat était assez alarmant. Il a mit la lumière la présence de nombreux produits chimiques dans les couches jetables.

Ainsi, dans les couches testées, on trouve des résidus de pesticides (dont le très célèbre glyphosate, que l’on retrouve aussi dans le Roundup !), polyacrylate de sodium, dioxines, furanes, parfums et d’autres composés classés « cancérogènes probables » ou « cancérogènes possibles ». Bref, pas top pour nos bout’chou ! Sans compter que tout ça demeure assez nébuleux !

composition couche
des pesticides? vraiment?

Dans ce même temps, l’Anses (Agence Nationale de Sécurité Sanitaire) a été saisie par la direction générale de la santé, pour établir une expertise.
L’Anses a étudié de nombreuses données: rapports institutionnels, publications scientifiques et non scientifiques, rapports d’associations comme 60 millions de consommateurs… Elle conclut qu’il y a peu de rapports d’organismes publics et de publications scientifiques indépendantes. Les informations restent donc assez floues, au détriment des consommateurs !

Dans son édition de janvier 2019, l’Anses affirme que certains composés chimiques ont été retrouvés dans des quantités non négligeables. Et ça peut même composer un risque sanitaire… L’agence recommande que des actions soient mises en œuvre pour éliminer ou réduire significativement ces substances.

En réaction, les représentants du Gouvernement ont exigé une action rapide. En effet, les fabricants avaient 15 jours pour faire connaître leur engagements afin d’éliminer ces substances des couches pour bébé.

« Le code de la consommation impose, en effet, aux industriels d’assurer la sécurité des produits qu’ils mettent sur le marché. Le gouvernement exige des industriels qu’ils réévaluent l’usage de certaines substances ajoutées intentionnellement, qu’ils contrôlent mieux la qualité des matières premières utilisées et qu’ils modifient les procédés de fabrication susceptibles d’être à l’origine de la formation de certaines substances. »
(extrait du communiqué de presse du 23 janvier 2019 sur la présence de substances chimiques dans les couches)

détail des composants d'une couche
y’a du boulot!

D’après l’Anses toujours, les produits chimiques trouvés dans les couches jetables peuvent migrer dans l’urine et entrer en contact prolongé avec la peau des bébés. De plus, certaines substances sont ajoutées, comme des parfums, qui peuvent entraîner des allergies cutanées. C’est assez ironique de savoir que les produits qui font sentir meilleur la couche font partie des composants à retirer pour rendre la couche plus « propre » !

C’est quoi le plus toxique, la couche ou son contenu ???
illustration d’Etienne Boucher

Des actions pour des couches moins poison

Il est vrai que depuis la publication de ce 1er rapport en 2017, et grâce aux mesures mises en place, la composition des couches a déjà bien évolué. Une fois dans le viseur, les fabricants ont dû revoir leur copie !

Les fabricants ont notamment pu agir sur:

  • un meilleur contrôle des matières premières, dont la cellulose de bois. Elle est présente dans le matelas de la couche, et on y a retrouvé également des traces de glyphosate.
  • la suppression d’ajout de produits, comme les parfums, sur le voile en contact avec la peau des bébés.
  • Les procédés de fabrication, avec des alternatives à la phase de blanchiment qui utilise des agents chlorés par exemple.

Donc on contrôle mieux les matières premières pour qu’elles ne soient pas polluées à la base, on ne rajoute pas de produits superflus, et on utilise des procédés de transformation moins agressifs.

Un second classement, établi en 2020 par 60 millions de consommateurs toujours, annonce de nouvelles perspectives. D’ailleurs, l’INC (Institut national de la consommation) note aussi une nette amélioration de la qualité des produits. Sur les 23 modèles les plus utilisés, les résultats sont très encourageants. La composition est meilleure, il n’y a plus de produits chimiques dans les couches jetables, ni de substances toxiques au delà des seuils recommandés. Et on ne trouve plus de traces d’allergène ou résidu de pesticide.

Petit bémol à cette amélioration : d’après un article publié dans le journal officiel du Sénat du 22-10-2020, l’INC préconise un étiquetage réglementaire obligatoire de la composition détaillée de ces produits sur les emballages. Ceci afin de mieux informer l’ensemble des consommateurs.
On peut donc en conclure, qu’à ce jour, en 2020, l’indication de la composition des couches jetables n’est absolument pas obligatoire ! Les fabricants indiquent parfois quelques informations comme l’absence de parfum ou le nombre d’heures garanties au sec. (Enfin, moi j’ai quand même eu des fuites!)
Mais toujours pas de composition détaillée !

Il y a du mieux, mais il y a encore des progrès à faire !

Résultat de 5 modèles décryptés par 60 millions de consommateurs

résultats de 5 modèles de couches testés
Les feux sont au vert !

Meilleure note pour Joone, avec une jolie moyenne de 17/20. Mais la marque bonne élève reste aussi la plus chère, avec un prix unitaire de 40 cts par couche.

Les couches jetables vers un marché plus vert ?

Dans son enquête 60 Millions de Consommateurs a inclus des modèles plus “écolos”, huit au total. Alors forcément, ça a une influence positive sur les bons résultats. Dans le rayon couches, il y a eu une « opération nettoyage », et certains fournisseurs font la part belle aux composants d’origine naturelle. Il y a une plus grande attention portée à la qualité du produit. Les parents aussi semblent plus attentifs à leurs achats.

Malheureusement, la couche jetable écolo n’existe pas. Et les marques ont d’autres arguments pour nous donner bonne conscience, moi la première ! Ainsi, de nombreux labels, logos et mentions font leur apparition, comme OekoTex, Allergy Certified , Cruelty Free and Vegan, “Fabriqué en Europe”, “Emballage fait à partir de 51% de ressources renouvelables”, “Fait à partir d’électricité 100% verte”, “Emballage neutre en CO2” … Tout est fait pour nous donner l’impression que notre achat est sécurisé pour notre enfant.

Donc vigilance ! les indications complémentaires indiquent des efforts qu’on ne peut pas nier, certes, mais ne sont pas des garanties pour autant des bonnes pratiques.

ouvrez l’œil!

J’espère que ça vous aura plu, et que vous voudrez lire la suite. Allez, je ne vais pas vous laisser comme ça ! Je vais quand même vous donner les grandes lignes de ce qui viendra.
On aura une thématique sur la régulation de la température interne, et une autre sur le respect de la peau fragile des bébés. A bientôt !

close
Share this Post

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*